les premiers albums
         
Album mars 2012
01Yéladim Shéli
02 Abba
03 Laarlossa
04 Ne me dis Rien
05 Gam ani
06 Entre la Lune et la Mer
07 Taamim
08 Hamsa
09 Yshai
10 Eternel
11 Eshet Haïl
12 Nous
13 Je t'aime mon Enfant
14 Simplement Femme

Guitare & Arrangements: Sydney Elancry

Paroles et Musiques: Sydney Elancry
Dépôts SACEM /
déc 2011

Yeladim chéli

J aime m assoire sur un banc
Et regarder les enfants rire et s amuser
J aime quand ils me chantent une chanson
Et qu ils me disent t es la plus belle maman

J aime sentir sur leur peau
Comme une envie de danse au rythme des bongos
J aime quand il est temps de dormir
C est la qu ils veulent tout faire pour sortir

Refrain
J aime j aime j aime
Oh yeladim cheli
J aime j aime j aime
Quand ils chantent
Quand ils rient
C est comme un cri du coeur
Qui nous rempli de bonheur
Une lumiere dans la nuit
Qui nous rempli de chaleur
J aime j aime j aime
Oh yeladim cheli
J aime j aime j aime
Quand ils chantent
Quand ils rient
Pour bien les guider
Il faut tout donner
Et puis les aimer

J aime quand ils se prennent pour des hommes
Et qu ils vous repondent comme ca chabath chalom
J aime quand ils sont tout beaux tout propres
Et qu ils sentent le savon a la lavande

J aime le matin au reveil
J aime j aime quand ils m appellent
J aime quand ils viennent se blottir
Contre moi.

 

Abba

Toi qui n est pas là
Je me souviens de ton visage
J ai pleure les larmes de l ocean
Le jour ou tu m as laisse la

Enfant tu me donnais la main
Pour me guider a chaque pas
J ai appris tous les refrains
Pour devenir une femme grace a toi

Abba tu me berces depuis toujours
Rien n est plus fort que ton amour
Abba c est toi qui rempli toute mon ame
Pour me rapprocher de lui
Hachem ehad

Et j ai dans la tete
Comme un tourbillon qui m entraine
Une danse un air de fete
Des annees d enfance qui m enchainent

Oh toi qui me chantais
Les prieres pour sentir la chrina
Je sais qu elles sont en moi
Pour toujours grace a toi abba

Refrain
Abba tu me berces depuis toujours
Rien n est plus fort que ton amour
Abba c est toi qui rempli toute mon ame
Pour me rapprocher de lui
Hachem ehad

Et j ai dans la tete comme un tourbillon
Qui m entraine
Une danse un air de fete des annes d enfance
Qui m enchainent.....

Oh toi qui me chantait les prieres
Pour sentir la chrina
Je sais qu elles sont en moi
Pour toujours grace a toi abba

Arlossa
Ha larlossa allez viens dans mes bras
On est heureuse de te voir dans la joie
Abiadé résonne d’une seule voix
C’est ton hénné qu’on va chanter ce soir

Ha l’arlossa toi tu es la plus belle
On t’a donné du pain et du miel
Et des cadeaux il y en a plein autour de toi
Je sais bientôt tu te marieras.

Tu vas avoir de l’amour du mazal
De la Torah toujours rempli chez toi
Et des enfants qui t’aimeront ya benti
Voilà de l’or de ta belle famille.

Simha gdola oh simha alayla
Barour Hachem, mabrouk hamichpakha
C’est la chanson pour toi Larlossa
ET toutes les femmes viennent danser avec toi

On a gardé depuis « yé rassla »
Cette coutume l’arloss et l’arlossa
De Constantine d’Oran ou de Casablanca
Même à Tunis en passant par Oujda

Ha larlossa toi tu es la plus belle
On t’a donné du pain et du miel
Et des cadeaux il y en a plein autour de toi
Je sais bientôt tu te marieras.


Simha gdola oh simha alayla
Barour Hachem, mabrouk hamichpakha
C’est la chanson pour toi Larlossa
Je sais bientot ....tu te marieras.......

 

Ne me dis rien


Tu n es que de passage
Qu’une poussière de poussière
De rivage en rivage que du sable sur la plage
A l’image de Celui que l’on dit éternel
Tu pourras retrouver cette force originel


Le fruit de Téchouva
Auura le goût du miel
Dans ta bouche séchée
Du désert matériel
Dans l’eau tu plongeras
Tes plaies et tes blessures
Pour un autre monde un autre souffle
Une vision du futur


Non ne me dis rien
Je peux lire dans tes yeux
Oh non ne me dis rien
Je devine dans ton cœur
Un mot un petit rien
Ne me dis rien
Oh non ne me dis rien


Je te parle du présent
Tu me parles d’avenir
Loin des incertitudes
Des idées d’aujourd’hui
Des tendances immorales
D’une terre étrangère
Ou le présent n’est autre
Qu’une vie de misère.

Entre la lune et la mer

J’te vois grandir, j’me vois en toi
Je te berce doucement baby sous la lune qui passe,
Miroir de métal, lié pour toujours jusqu’à la fin des jours

J’t entends pleurer, tomber par terre
Premier pas porte qui s’ouvre pour toucher l’univers
Tu serres ma main, espoir pour demain, liés à jamais

C’est Lui dans les cieux qui donne au corps la vie même que l’on veux
La seule réponse possible sous les vagues, transparence de ton enfance
C est de Lui toute la terre, toi le maillon libre comme l’air
Il t’écoute dormir là sur le fils entre la lune te la mer.

J’te vois sourire comprendre déjà comme une étincelle qui te dit « gam zou les tova »
Tu ne renonc’ras pas devant la Thora toi tu seras là.

Taamim

Ils donnent la lumière aux mots qui remplissent l'espace
Comme une partition des airs que jamais l’on n'se lasse
Poser sur un chin un zain ou un noun final
Ils sont les couleurs de la vie une chaine musicale

Tantôt majeur tout droit venu d Europe occidental
Tantôt mineur chantant encore une vague orientale
Ils sont les guides les points et les virgules de nos phrases..
Pour donner plus de sens aux versets de la thora

Taamim
A tous les mots qui s'illuminent
Taamim
Des mélodies qui viennent du cœur
Qui donnent la vie
Comme un accent qui viendrait
D un seul pays

Taamim
Une musique qui nous attache
Taamim
Comme un nigun de Prague
Ou bien de Lituanie
Un air d Afrique ...d Espagne
Que jamais... On n'oublie....

Ils sont dans nos gènes encres depuis des millénaires
Chantes a toutes époques ils n ont pas de frontières
Avec la voix tremblante d’un kol nidre de Yom kippour
A la force d un Chema Qui nous unie tous par amour....

Chantés par des maitres A la voix de ténor classique
Ou par un enfant sur le banc d’une école talmudique
Ils forment la musique qui nous va tout droit
Dans le cœur La symphonie des hommes
Tournes vers leur créateur.

 

Hamsa

Si tu as toujours d’la chance
Rempli d’amour d’argent
Et t’es toujours en vacances
Couvert d’or tout’l temps

Tu te poses des questions
Tu portes du rouge, un poisson
Tu évites les regards
Un oeil collé sur le front

Tu portes autour de ton coup
Une main en or tu dis c‘est bon
Et tu accroches partout
Un ruban rouge bien long

Et tu voudrais que l’on t’aime
Toi qui a le cœur Andalous
Et ça te parait naturel
De montrer ton or en plein jour

Tu fais cinq Hamsa
Ca te protégera
Tu fais cinq Hamsa
Et tu dis moi j’y crois

Cinq pour toi
N’y crois pas
Cinq pour toi
C’est le ciel qui décidera


Tu ne manques de tunes
Le « yeïn » qui fait peur.
Il n’y a pas que les tunes
Qui croient au portes bonheur

Elle s’appelle superstition
Mais elle fait croire a tout le monde
Qu’elle se nomme tradition
Depuis des générations

Cherche là dans nos livres
Cherche le pourquoi du comment
Et oublie le ruban l’œil
Le cinq la main et le poisson.

Yshay

Yshay
J’ai dans mon cœur des souvenirs
Yshay
Un passé qu’on ne peut détruire

Yshay
J’ai dans les yeux des rêves bleus
Yshay
Qui me font croire que je suis heureux

Kol Israel
Béahava
Sim Chalom ou brakha
Tout l’or du monde ne suffit pas
A combler ta neshama

Ha-chem mélekh
Ha-chem malakh
Hachem imlokh léolam vaed
Seules les paroles de Thora
Te montreront la voie

Yshay Yshay
mon enfant roi

Yshay
J’ai trouvé là dans nos livres
Yshay
La force d’avoir un avenir.

Yshay
Mon sang coule dans tes veines
Yshay
Tu seras fort comme l’ébène.

Gam ani (Moi aussi)
Moi aussi, je veux venir ici
Oh « gam ani », quitter Lyon Marseille quitter Paris
Pour vivre ici à « Yéroushalaim »

Moi aussi, je veux changer de vie
« Simha tamid », prendre par la main « yéladim shéli »
Dans la rue en Kippa et Tsitsit

Dis Hachem
Il y a ici comme un gout de miel
Dis Hachem
Depuis toujours depuis des millénaires
On restera sur cette terre

Dis Hachem
« Tenlanou or » donne nous la lumière
Et laisse venir vers Toi toutes nos prières
Malgré nos fautes et malgré nos faiblesses

Moi aussi, « Mahané Yehouda » le vendredi
Sera incontournable je vous le dis
Pour le « seder » mes amies

Moi aussi je sentirais comme un vent de folie
Autour de toutes ses âmes qui vivent ici
Et qui donne un sens à de ma vie

Eternel

Je l’entends vivre, bouger en moi
Comme un ecco comme deux cœurs à la fois
Il est mon nom et mon sang
Mais une part du ciel fait qu’il est vivant


Il dort à l’ombre de tous les regards
Il apprend les livres et il apprend les loies
Ce sera une fille ou un garçon, je ne sais pas
Qu’il arrive pleine de vie, ça me suffira

Eternel, Toi qui rempli d’amour l’univers
Dans le cœur des enfants qui vont naitrent
Tu donnes une âme dans un souffle venu du ciel

Eternel, sais tout mais tu nous laisse quand même
Porter en nous une âme d’Israel
Dans la douleur, d’une délivrance
Eternel.

Comme Sarah pour Itsrak
Je lui donnerais ma hémouna
Je le bercerais de ma voix
Pour qu’il soit fort plein de « Coah »
Il sera le bonheur dans ma maison
Il sera ma joie ma raison
Que ce soit une fille ou un garçon.

Simplement Femme (Qui saura)

Comme un diamant de couleur
Elle illumine la maison
Le regard sur ses enfants
Elle est l’âme de Sion.

Comme une mélodie d’amour
Elle est pure, sentimentale
Elle se couvre les cheveux
Elle est simplement une femme

Qui saura
Etre belle pour honorer shabbat
Amoureuse redoutable à la fois
Vertueuse le cœur rempli de hémouna

Qui saura
Etre celle qui gardera les lois
Comme la blancheur d’une perle de Crystal
Toujours prête à tout à donner sans compter
Sans compter les minutes qui passent
Qui saura

Elle est simplement femme
Elle a choisie d être l’abri des regards
Quand elle danse quand elle chante
Qui saura


Et tout au long de sa route
Elle choisira la « sniout »
C’est une partie d’elle même
Qu’elle gère et qu’elle protège.

Elle connaît les magasines
La vie des stars elles s’en fiche
Elle danse qu’avec les femmes
Elle chante a l’abri des regards.

Nous

Nous on avait tout
On se croyait fort contre tous
Ho nous sans discours
On a vécu la galout

De Pologne en Andalousie
On en a traversé des pays
Les crimes et des larmes de sang
Etaient facile contre nous juif errant

Nous si différent
Toujours tournés vers les collines de Sions
Oh nous c est nos prières
Qui fait qu’on est là toujours vivant.

Seul les anges peuvent tout comprendre
Car rien ne nous attache autant

Vé taer’ anéinou béthoratékha védaber
libeinou bémitzvotékha, bémitzvotékha
Vé yakhéd, lévavénou
Lé a hava oulira et chémékha ’lo névoch
Vélo nikalem Vélo nikashel Léolam vaèm

Nous c est rien du tout
C’est qu’un mot « Emouna » qui fait tout
Ho nous , nous sans Thora
On ne peut plus croire en nous

Entre nous tout se noue et jaillit
Comme une flamme une étincelle de vie
C’est un air qui joue la nuit le jour
Qui fait danser le monde depuis toujours

Je t aime mon enfant

Tu lis tout bas une Michna
Tu veux comprendre pourquoi
Hillel a dit faut faire comme ci
Mais surtout pas comme ca
Retiens la page retiens la loie
Même Rachi a fait ca
Rabbi Yéouda même Ravava
Sont tous bien passés par la
Ils t ont laissé leurs écrits
Une façon de voir la vie
La seule et vraie liberté
Qui t empêche de t égarer
Ils t ont donné cet amour
Qui domine le monde entier
Cette lumière que l’on peut voir
Et qui te fais dire chaque fois....

Je t aime je t aime je t aime
Je t aime toi qui est mon enfant
Je t aime je t aime je t aime
Quand tu me lis doucement,

Je t aime je t aime je t aime
Quand tu lis ces mots qui ont 2000 ans
Je t aime je t aime je t aime
Chante encore cette mélodie
Qui me rempli de joie, que pour moi.

Tu dis sans cesse avec tristesse
En pensant au Beth Hamikdash
Tu pries toujours avec amour
Car vivre est déjà une joie

Tu leurs ressemble déjà
Avec tes livres sous le bras
Ils sont tes guides a jamais
Jamais seul dans la pensée
Ils t ont laisse cet amour
Qui domine le monde entier
Cette lumière que l on peut voir
Et qui me fais dire chaque fois.......

Echet Hail
Tout les jours c est pareil
Faut frotter nettoyer faire briller
Faire les courses le ménage
Et surtout préparer le shabbat
Quand il rentre tout es prés c’est normal
Les enfants sont a table et très sage
Il faut dire que tout met égal
Quand on aime tout ca on ne compte pas

Je suis là jamais fatiguée, partout à la fois
Je n’attends rien de ce monde là
Je suis toujours ma hémouna et tout change autour de moi
Je vois Hachem partout à la fois
C’est parfois pas facile c’est vrai
Moi je fais avec ce que j’ai
Et j’attends toujours vendredi soir
Pour écouter Echet Hail
Echet Hail,

Je passe mon temps au super marché
Je suis loin d’amour gloire et beauté
Et je pose les paquets dans le coffre
Avec la poussette du bébé
Et je lave des montagnes de chemises
Une occasion de parler entre amies
Des enfants de l’école de la vie d’ici.


Le plus fort

Qui c'est le plus fort, le plus fort.......c'est Toi Ha-Chem
Qui nous a donné les Mitzvots .......c'est Toi Ha-Chem
Qui c'est le plus fort, le plus fort.......c'est Toi Ha-Chem
Qui nous a donné les Mitzvots .......c'est Toi Ha-Chem
Depuis la nuit des temps
tu connais nos tourments
Depuis la nuit des temps
On chante encore ton Nom
Donner de l'amour, c'est pas grand chose
Donner de son temps, faire une pause
Aider toutes celles qui ont besoin d'aide
Dites le moi
Quand je prie ton Nom je sens en moi
La Hémouna qui me rempli de joie
Quand je prie ton Nom je sens en moi
L'amour d'Israel bé Simha
Si je t'appelle de tout mon coeur
Depuis le ciel entend mes pleurs
Shéma Israël